Lutte contre le harcèlement de rue

J’ai interrogé au nom du groupe Les Républicains et Indépendants Valérie Pécresse, Présidente de Région, concernant son engagement en faveur de la lutte contre le harcèlement de rue.

Il est inacceptable que 80% des femmes connaissent une situation de harcèlement chaque année. Depuis le début de notre mandature, l’Île-de-France a fait le choix d’être aux côtés des femmes, de leur liberté et de leur dignité dans ce combat du quotidien.

Déplacement à Montréal

Je me suis rendu à Montréal à l’occasion du XIIème congrès mondial de Métropolis, l’un des plus importants réseaux de villes et métropoles au monde duquel la Région Ile de France est membre.

J’ai pu rencontrer, en marge du sommet, les partenaires de la Région à l’image du Wali d’Alger, du gouverneur de Beyrouth ou encore de la Ministre des Affaires Etrangères de la province du Québec, et discuter avec eux des avancées de nos coopérations bilatérales, tant sur le plan institutionnel et politique qu’économique et culturel.

Ce déplacement a également été l’occasion pour moi de promouvoir les atouts et l’action de notre Région auprès des entreprises et des acteurs entrepreneuriaux locaux. Accompagné par le pôle de compétitivité Silver Valley, spécialisé dans l’économie du vieillissement, et par le réseau d’incubateurs Creative Valley, notre délégation a ainsi pu rencontrer au cours d’un petit déjeuner de travail les acteurs de l’économie du vieillissement québécois, à l’image du cluster Sage Innovation ou encore de M Réjean Hébert, ancien Ministre de la Sante et doyen de la faculté d’administration en sante de Montréal. Au programme, mobilité de startups spécialisées et partage d’expertise.

Nous avons également pu visiter l’incubateur d’HEC Montréal où nous attendaient des étudiants venus nous présenter leurs startups, dont de nombreux provenant de France. La présence de ces jeunes Français témoigne de la vitalité des échanges qui existent entre notre pays et la Belle Province et montre à tous le talent et la créativité dont les entrepreneurs français peuvent faire preuve. C’est pour eux que nous devons faire toujours davantage d’efforts pour faire de notre Région un territoire où l’innovation, la créativité et l’audace sont valorisées et soutenues.

Le sujet du tourisme a, comme à chaque déplacement, été abordé lors d’une réunion avec les tour-operators comme la presse spécialisée et les influenceurs. J’ai encore pu constater que la question de la sécurité au quotidien, c’est-à-dire de la lutte contre la petite délinquance qui cible les touristes, restait un sujet majeur. Les initiatives prises par la Région ont été saluées et ont permis d’envoyer un message de confiance et d’accueil à tous les professionnels du tourisme présents. Il faudra poursuivre nos efforts sur ce sujet, à la fois en matière de mesures concrètes mais également de communication pour rassurer notamment les touristes nord-américains

Soutien aux candidats aux législatives

Ces deux dernières semaines, j’ai eu l’occasion d’aller soutenir un certain nombre de valeureux candidats aux élections législatives, en particulier la courageuse Valérie Montandon, l’excellente Brigitte Kuster, l’efficace Didier Gonzales, ou encore le talentueux Jean Spiri. Mention spéciale pour Manon Laporte et sa détermination sans faille. Merci à tous de m’avoir accueilli !

J’ai également une pensée amicale pour Déborah Pawlik, Marie-Carole Ciuntu, Jérôme Chartier, Jean-François Legaret, Claude Bodin, Babette de Rozières, Vincent Roger, David Douillet, Agnes Evren, Robin Reda, Marie-Do Aeschlimann, et Vincent Jeanbrun.

Bon courage dimanche pour ceux qui sont encore en lice et bravo aux autres d’avoir défendu, malgré un contexte difficile, leurs convictions avec courage et dans la clarté.

Ouverture de Futur en Seine

Je suis intervenu à l’ouverture de Futur en Seine pour accueillir les délégations étrangères participantes à cette 8ème édition. J’ai, à cette occasion, renouvelé notre ambition de faire de la Région Île-de-France le territoire leader en matière de transformation numérique et toujours plus attractif pour les entrepreneurs et investisseurs étrangers.

Futur en Seine est un évènement qui met en valeur l’économie numérique et les nouvelles technologies. Il propose cette année aux visiteurs de découvrir plus de 150 projets et innovations articulées autour de l’intelligence artificielle et de son impact sur les relations entre l’homme et la technologie.

Election à la Présidence du groupe Les Républicains de la Région Ile-de-France

J’ai été élu à l’unanimité Président du groupe « Les Républicains et Indépendants », prenant ainsi la suite de Thierry Solère qui a occupé cette responsabilité depuis janvier 2016. Je remercie sincèrement l’ensemble des 79 élus du groupe de la confiance qu’ils m’ont ainsi accordée. Qu’ils soient assurés de ma détermination à être un Président investi à 100% pour un groupe soudé autour du projet régional porté par Valérie Pécresse et où chaque membre aura sa place. Au travail !

La Région Île-de-France mise sur le Smart

La Région Île-de-France est le premier partenaire de Futur en Seine. Curieux d’en savoir plus sur sa stratégie d’innovation, nous sommes allés interviewer Othman Nasrou, Vice-président chargé de l’Action internationale et du Tourisme à la Région Île-de-France.

De la révolution numérique dans les lycées, au big data pour l’emploi, en passant par la Deep tech en santé, vous saurez tout sur la première Smart Région d’Europe !

Othman NasrouOthman Nasrou, Vice-président chargé de l’Action internationale et du Tourisme à la Région Île-de-France
Crédit photo : Région Île-de-France 

 

Futur en Seine : La grande thématique de Futur en Seine cette année, c’est l’intelligence, et même les intelligences au pluriel. Comment la Région Île-de-France définirait-elle l’intelligence ?

Othman Nasrou : L’intelligence, au départ, c’est notre capital humain, soit un peu plus de 10 000 agents régionaux. Mais la Région reste une organisation qu’il faut rendre plus intelligente. Tout l’enjeu de notre projet de déménagement du siège régional à Saint-Ouen va notamment dans ce sens : il agira comme levier de transformation de l’administration, un lieu de rencontre ouvert entre les agents et les Franciliens, un lieu de travail collaboratif, plus moderne et plus innovant, avec une organisation hiérarchique et administrative transformée en structure plus transversale. Il intégrera une profonde mutation de notre manière de travailler et de nous organiser : cela passe à la fois par le décloisonnement des services et le télétravail, qui suppose de passer d’un management hiérarchique à un management par projet.

L’intelligence pour la Région, c’est également l’ouverture d’une banque de données publiques régionales, l’Open data, qui permettra à la fois d’améliorer la transparence de l’action régionale et de créer de nouveaux services personnalisés et géolocalisés. C’est pourquoi, au-delà de notre propre transformation, nous agissons aussi pour le développement économique en matière de start-up, d’innovation, de R&D ou de transferts de technologies. La Région est déjà une zone leader dans le domaine de l’intelligence artificielle et nous soutenons l’émergence et le développement de ce secteur porteur sur le territoire francilien.

Fens : L’intelligence artificielle peut-elle transformer l’urbanisme et notre relation au territoire ?

O. N. : En matière d’urbanisme, la Région concentre ses efforts sur ses domaines de compétences : les lycées, les transports, le tourisme, l’aménagement du territoire, l’environnement et la formation professionnelle.

Dans le cadre de la révolution des transports en Île-de-France, nous avons adopté au Syndicat des Transports d’Île-de-France (STIF) le projet de Smart ViaNavigo, une application Smartphone, qui centralisera toutes les données de mobilité en Île-de-France, en prenant en compte l’open data en temps réel et des calculateurs multimodaux prédictifs et prévisionnels du trafic.

Nous utilisons également le Big Data dans la recherche d’emploi et la formation professionnelle, pour croiser les données et pour que les demandeurs d’emplois retrouvent plus vite un travail, près de chez eux. Par exemple, nous pouvons désormais identifier le parcours de différents profils (chômeur, jeune, individu en reconversion), les métiers en tension et les bassins d’emploi, pour permettre une rapide insertion.

Nous soutenons par ailleurs 100 quartiers innovants et e-écologiques intégrant toutes les préoccupations environnementales et les possibilités offertes par les technologies des « Smart Cities ». S’intéresser aux problématiques d’aménagement nous pousse à identifier des lieux où l’on peut visualiser le savoir en intelligence artificielle. Le projet Digitec, lancé sur le campus Paris-Saclay, doit permettre l’émergence d’un grand lieu d’innovation régional  sur l’intelligence artificielle, avec une expertise reconnue dans des projets tels que le véhicule autonome ou encore la robotique et le digital.

Fens : Quels sont les défis des prochaines années pour la Smart Région ?

O. N. : Nous mettons tout en œuvre pour devenir la première Smart Région d’Europe. Qui dit smart dit territoires connectés, c’est pourquoi l’un de nos objectifs est d’installer le Très Haut Débit sur l’ensemble du territoire d’ici 2021, avec des lycées 100% numériques. Outre cette démarche horizontale visant à donner un accès au numérique à tous les Franciliens, nous avons aussi lancé une expérimentation dans huit lycées afin de les convertir en structures intelligentes. Les proviseurs ont pu agir à la fois dans le domaine de l’innovation pédagogique, des bâtiments intelligents ou de la formation du personnel. Nous avons également œuvré à la mise en place d’un véritable réseau social éducatif permettant l’intégration de ressources pédagogiques dans 130 lycées, notamment pour l’apprentissage des langues.

Autre défi, l’accélération de la transformation des entreprises industrielles grâce à la mise en place d’un plan massif de formation à destination des chômeurs pour les former au code, aux compétences nécessaires en matière de numérique. Nous allons aussi lancer pour la première fois à la Région un appel à projets pour des formations professionnelles de codage en ligne (e-learning) à l’été 2017.

Enfin, notre plus grand défi est de sortir des petites expérimentations pour « industrialiser » l’innovation. Globalement, dans les processus « smart », les algorithmes représentent 10% de l’effort, les systèmes d’information 20% et l’accompagnement du changement 70% de l’effort. Mais ce dernier point est encore beaucoup trop inexistant.

Fens : Avec les Paris Region Smart Weeks, l’innovation est au cœur de l’Île-de-France cet été : pouvez-vous nous en dire plus sur la création de ce label et son ambition ?

O. N. : La Région soutenait financièrement de nombreux événements sans suivre de véritable stratégie. Nous avons souhaité une meilleure lisibilité du positionnement régional sur la transformation numérique et pour cela, il fallait créer un temps fort national et international dans la Région Île-de-France, dédié au high-tech et à l’innovation numérique, au même titre que le CES de Las Vegas par exemple, et dans un esprit équivalent à la Fashion week.

Ces Paris Region Smart Weeks auront lieu en juin, et seront ainsi identifiables pour les professionnels et acteurs du secteur. Cela les incitera à se déplacer en Île-de-France à cette période pour pouvoir se rendre à plusieurs événements en une seule fois, tels que Futur en Seine, VivaTechnology, OuiShare Fest, Teratec… Une campagne média nationale et internationale sera lancée autour du 29 mai et toutes les informations sont déjà disponibles sur le site http://smartweeks.info/.

Fens : Que présentera la Région lors de Futur en Seine ?

O. N. : La Région a financé dix prototypes positionnés sur deux thématiques : l’intelligence des objets connectés et l’impression 3D. Parmi les réussites, Biomodex est un bon exemple de start-up intégrée dans son écosystème dans la mesure où elle expose à Futur en Seine, elle est soutenue financièrement par la Région pour son processus d’innovation et elle est intégrée dans l’accélérateur du grand groupe Dassault Systèmes. Par ailleurs, c’est une start-up qui sort du domaine de la seule Tech pour innover dans le domaine de la santé. Dans la mesure où la Région cherche à sortir du pur digital pour favoriser la deep tech, c’est un modèle que nous voulons valoriser, afin de mieux faire connaître la capacité d’action de la Région en R&D publique et privée, ainsi que dans les transferts de technologie.

L’autre projet présenté à Futur en Seine est le FUTUR Lab #Lycées. La Région a lancé un plan d’investissement massif de 5 milliards d’euros pour rénover les lycées. Nous souhaitions lancer une nouvelle démarche dans le cadre de Futur en Seine qui prenne en considération l’intelligence de la multitude dans la transformation de nos institutions. Les lycéens sont donc invités à co-créer leur futur espace éducatif en se demandant comment le numérique va influer sur leurs conditions d’apprentissage. A titre d’exemple, un hackathon a été organisé au sein du lycée Arago (Paris 12ème), pour que les élèves puissent « dessiner leur lycée du Futur, 100% numérique ». La Région pourra financer des pistes d’action révélées par ce hackathon, dans ses prochaines affectations votées en commission permanente.

Pour en savoir plus :

Déplacement en Chine

J’ai effectué un déplacement en Chine du 27 au 30 mars, durant lequel je me suis rendu à Pékin, Shanghai et Hanghzou.

Accompagné notamment par le pôle de compétitivité francilien System@tic, ce déplacement a été l’occasion de rencontrer les dirigeants de nombreuses entreprises chinoises dans les domaines du numérique, des “smart cities” et du tourisme. La délégation s’est par exemple entretenue avec des champions locaux devenus des leaders internationaux, comme Baidu ou Ali Baba. Ce déplacement fait le lien avec notre ambition régionale pour l’innovation, qui est au coeur du projet de “Smart Région” voulue par la présidente Valérie Pécresse. Nous continuerons à nous mobiliser pour obtenir l’implantation de centres de R&D mondiaux en Ile-de-France durant les prochaines années ! Mes rencontres avec des entrepreneurs de la French Tech à Pékin et à Shanghai ont aussi été un moment privilégié pour discuter de ces questions d’innovation et de ce que la Région pourrait faire de plus ou de mieux en la matière. Je me réjouis qu’à l’occasion de ce déplacement, les entreprises du pôle de compétitivité System@tic aient pu signer des partenariats avec des entreprises chinoises, notamment au sein du cluster Dream Town à Hanghzou, haut-lieu de l’innovation en Chine.

Dans cette bataille globale de l’attractivité, j’ai présenté l’Ile-de-France à des investisseurs et eu un aperçu de leur perception de la région et de leurs retours d’expérience. La mobilisation de Paris Region Entreprises -notre agence de développement économique présidée par Franck Margain- a été au rendez-vous avec l’appui du bureau local de l’agence basé à Shanghai. Une conférence de presse a notamment permis de diffuser ce message de compétitivité et d’attractivité de notre région, avec le lancement à venir en Chine d’une campagne de communication portée par l’agence.

Les initiatives franco-chinoises en matière d’éducation sont aussi une formidable vitrine pour l’excellence française. L’Ecole Centrale de Pékin, que j’ai visitée, est un fleuron en la matière, avec la reconnaissance mondiale de la grande qualité de l’”ingénieur français”. Sur un autre modèle et dans un tout autre secteur, l’IFM de Shanghai est aussi la démonstration de la force de l’image de marque de la France en matière de mode. Au-delà de la simple francophilie, nous avons là des atouts de compétitivité majeurs sur lesquels il faut continuer à capitaliser.

Naturellement, le volet institutionnel n’a pas manqué. La Région a une coopération historique avec Pékin, conclue en 1987, qui se concentre aujourd’hui sur la lutte contre la pollution de l’air. Lors d’une rencontre avec le vice-maire de la Ville, nous avons pu discuter de notre grande satisfaction à l’égard de notre coopération efficace sur ce chantier, mais aussi de notre capacité à nourrir plus concrètement cette coopération et de l’élargir à d’autres thématiques. J’ai également été reçu par la vice-gouverneure de la province du Zhejiang, l’une des plus prospères et des plus dynamiques de Chine, qui m’a manifesté son souhait d’engager également avec nous une coopération complète, notamment en matière de développement économique, d’innovation, de culture et de tourisme.

Le sujet du tourisme a d’ailleurs été l’une des raisons d’être de ce déplacement. A Pékin comme à Shanghai, mes discussions avec les tour-operators comme la presse spécialisée ont visé à faire revenir les touristes chinois. J’ai pu constater que la question de la sécurité au quotidien, c’est-à-dire de la lutte contre la petite délinquance qui cible les touristes, restait un sujet majeur. Les initiatives prises par la Région ont été saluées et ont permis d’envoyer un message de confiance et d’accueil à tous les professionnels du tourisme présents. Il faudra poursuivre nos efforts sur ce sujet, à la fois en matière de mesures concrètes mais également de communication pour rassurer notamment les touristes asiatiques.

J’ai été touché par l’accueil des autorités locales chinoises et de l’ensemble de nos interlocuteurs chinois : je les en remercie vivement.

Un grand merci aux services de la Région, à ceux de l’ambassade de France en Chine, à Business France, à Atout France, à Paris Region Entreprises, au pôle de compétitivité System@atic qui m’a accompagné et à tous ceux qui se sont mobilisés pour la réussite de ce déplacement.

Et naturellement, j’ai désormais un compte wechat : othmannasrou !

Lancement de SPRINT : le réseau d’incubateurs francophones franciliens et africains

Avec Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France, nous avons lancé SPRINT : Startup Paris Region INTernational, le premier réseau d’incubateurs francophones.

 

Opéré en partenariat avec Impact Network – Inco, cet incubateur entend promouvoir l’entrepreneuriat social et l’innovation verte dans les zones de coopérations de la Région afin d’accompagner l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs sur le continent africain.

Ainsi, le réseau Sprint regroupe 6 incubateurs dans 6 villes du Maghreb et d’Afrique : Abidjan, Antananarivo, Alger, Casablanca, Dakar et Tunis. 200 startups seront accompagnées, permettant la création de 700 emplois durables, la formation de 900 jeunes à l’entreprenariat « social & green tech » et la sensibilisation de plus de 2400 jeunes aux nouvelles technologies.

 

SPRINT, par sa dimension internationale et grâce à l’expertise d’Inco renforcera la mobilité géographique des entrepreneurs, entre l’Île-de-France et les territoires membres. Enfin, nous remettrons chaque année le Prix SPRINT qui récompensera la startup la plus innovante socialement et/ou durablement issue de chacun des incubateurs.

 

C’est cela notre conception d’un véritable codéveloppement, concret, au bénéfice du développement économique des territoires partenaires, par l’entrepreneuriat. C’est aussi notre intérêt bien compris. Cette initiative illustre la nouvelle stratégie internationale que nous avons mise en place à la Région.

Promotion de l’Île-de-France et rencontre de fintechs à Londres

Je me suis rendu à Londres quelques jours avant l’activation du processus de négociation du Brexit par Theresa May afin de promouvoir l’attractivité de notre territoire, en partenariat avec Paris Region Entreprises, l’agence de développement économique de la Région.

Au cœur de notre stratégie en matière d’attractivité, dont les premières actions ont déjà permis d’augmenter de 15% les investissements étrangers en Île-de-France, ce déplacement s’inscrivait dans la continuité de la visite de Valérie Pécresse, Présidente de Région, à l’écosystème londonien en février.

J’ai ainsi rencontré plusieurs acteurs des fintechs , ainsi que des dirigeants de banques, auprès desquels j’ai présenté les atouts de notre territoire. Ces échanges m’ont également permis de rassurer mes interlocuteurs sur l’accompagnement qui leur sera offert en choisissant Paris et l’Île-de-France pour se relocaliser. L’initiative Choose Paris Region que la Région a lancée en mettant autour d’une même table l’Etat, la Ville de Paris, Business France ou encore la CCI afin d’offrir un guichet unique pour la réalisation de toutes les formalités, en lien avec l’AMF et l’APCR jusqu’à la recherche des locaux et le recrutement du personnel.

Cette démarche s’inscrit dans l’intérêt commun des Franciliens, de l’économie française et européenne, comme des acteurs britanniques. En effet, la sortie de l’Union Européenne va conduire de nombreuses entreprises anglaises à devoir se réimplanter afin de pouvoir continuer à offrir leurs services à travers l’Union Européenne. Notre approche entend promouvoir nos intérêts auprès de ces acteurs qui apporteront emploi, richesse, et innovation aux territoires qu’ils choisiront. Paris et l’Île-de-France sont ainsi en compétition avec d’autres métropoles européennes, c’est pourquoi le renforcement de l’attractivité et la sensibilisation des acteurs concernés est une priorité pour notre majorité.

J’ai également assuré la promotion de notre territoire en intervenant dans différents médias.

J’ai notamment échangé avec Newsweek :

« We believe that London will still be a strong financial center, and we are not here to replace London, but, after Brexit, some activities in the financial sector might have to step foot in contiental Europe, and in that specific case we went them to come to Paris. We have good standard of living, an intense cultural life, a great transportation network. We have everything in Paris. I’m not sure that many European cities except maybe London can say the same thing. »

Retrouvez également mon interview sur LBC :

 

Enfin, de nombreux médias ont également suivi ce déplacement :

« Othman Nasrou, Vice-President of the Paris Region in charge of international affairs and tourism, is visiting London on Moday and Tuesday to meet a selection of finance and fintech companies. Nasrou will pitch the companies on the attraction of Paris as a location for finance frims post-Brexit »

Business Insider

« Vice President of the Paris Region Othman Nasrou arrived in London today as part of France’s attempt to encourage British fintech businesses that may be affected by Brexit to move to the capital. »

Forbes

«  Mr Nasrou will present all the opportunities and assets, the offerings, and the reasons to choose the Paris Region as a new EU home base after Brexit. »

Belfast Telegraph

« Delegates from Paris back in London to woo City’s leading digital frims to France after Brexit »

This is Money